Chante moi ta Méditerranée- Canta mi la tiu Miegterranea. 13 juin 2007

 

Les relations des Pays d’Oc à travers la Méditerranée s’illustrent au niveau le plus mobile, le niveau artistique et musical en particulier. Revest Laurenç

 

1. Les échanges musicaux médiévaux : arabo berbères et occitans

- musiques pendant les fêtes des « Abaïas » : dans la partie alpine du Comté de Nice (Abadia de la Maurisca en Vésubie) et en Piémont occitan (La Baìo de Sant Peire, etc.) qui sont directement dues aux invasions maures en Provence et à la pacification de ces régions vers 900. Ces musiques symbolisent cette époque.

- parallèles entra les productions musicales des artistes de l’époque, des « trobadors » des chansons en Occitanie et les arabo berbères du Maghreb sur des styles comme le zajal andalou. 

(Par Ex : poème lu : « Coindeta sui si » (ballade de mal mariée).)

- Le comtat de Tripoli un des Etats latins d'Orient fondés par les Comtes de Toulouse (le seul d’Orient à utiliser l’occitan comme langue officielle), était situé sur le territoire de l'actuel Liban (de 1102 a 1258) et a permis des échanges avec des populations originaires des Pays d’Oc et d’Italie.

 

2. Les échanges : communautés judéo-occitanes et occitanes

Musique « shuadita » du 17 siècle

Travaux de Frédéric Vouland.

(par ex : Un exemple lu de paroles de chansons)

 

3. Les échanges musicaux modernes : les occitans et le monde

- Par le colonialisme

- Contemporain, par exemple

à Marseille : collaborations du Trio Chemirami (musique de percussions d’origine iranienne) et Manu Théron (groupe Gacha Empega) mélangeant musique polyphonique et instruments occitan et iraniens ; à Nice Tarik est en train d’interpréter une chanson occitane (en nissart  qui a été écrite par Laurenç).

 

Nota : sur les thèmes abordés

http://fr.wikipedia.org/wiki/Comté_de_Tripoli

http://www.lapenseedemidi.org/revues/revue1/articles/2_troubadours.pdf

http://fr.wikipedia.org/wiki/Judéo-provençal

http://www.occitanie-al-andalus.org